Ferrari doit-elle recruter un (...)

Alors que le remplacement de Mattia Binotto est régulièrement évoqué, la question de l’identité de son remplaçant potentiel se pose. Pour Luca di Montezemolo, l’ancien président de Ferrari, John Elkann devrait faire comme lui dans les années 90 et chercher un directeur hors du paddock de la F1.

“Faut-il changer le directeur de l’équipe ? Qui suis-je pour le dire ?” a commenté Di Montezemolo. “Ferrari est comme le drapeau italien, un monument national. Avant de faire venir Jean Todt à Maranello en 1993, j’ai longuement réfléchi à ce choix.”

“Il y avait un énorme cirque dans les médias. Si je cherchais un nouveau patron, je regarderais en dehors de la Formule 1. Cependant, si nous regardons uniquement ce que font Red Bull Racing ou Mercedes-Benz, le problème ne sera pas résolu.”

“Nous devons nous réinventer, créer une nouvelle dynamique. Ferrari a construit une voiture extrêmement compétitive. Une personne seule ne gagne pas de titres de champion du monde. La Formule 1 est un sport d’équipe.”

Cependant, Di Montezemolo salue le gros point fort de Binotto : “Mattia Binotto est assez intelligent pour toujours protéger son équipe. Il prend les balles pour les siens. Vous devez comprendre les erreurs et ensuite les nettoyer.”

L’Italien pense néanmoins que le rôle de directeur demande un grand nombre de capacités, et que Binotto ne les a peut-être pas toutes : “Binotto est un excellent directeur technique, mais diriger le département course de Ferrari est différent. La Formule 1 est quelque chose de très spécial.”

“Le fait d’être un bon manager ou un bon responsable du marketing ne garantit pas le succès dans la catégorie reine. Vous avez besoin de passion et de dévouement. Vous devez être présent jour et nuit. Vous devez être très politique dans votre approche pour soutenir votre équipe. Vous devez être fort et garder votre équipe soudée.”

Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *